Pour mettre un frein au risque de myopie, envoyez vos enfants jouer dehors !

Par Amanda Leigh Mascarelli
Article du Los Angeles Times du 13 février 2011

 

Voici une bonne raison d’éteindre les consoles de jeux électroniques. Pour les enfants, avoir une activité en plein air pourrait freiner la probabilité de développer la myopie. Elle est la cause de vision floue en distance et pour certains, un handicap majeur.

Vos parents avaient bien raison de vous dire « Allez jouer dehors !» nous dit Comte Smith, doyen du Collège d’Optométrie à l’Université de Houston.

La myopie est en augmentation dans le monde. Une étude récente de la population américaine entre 12 à 54 ans, montre que la myopie a augmenté de 66% entre 1970 à 2000. L’Asie a aussi subit une forte augmentation du nombre de myopes dans les régions urbaines. « Aujourd’hui la myopie commence à un plus jeunes âge et son taux de progression est plus élevé », selon Thomas Aller, optométriste.

Bien que la myopie ait une composante génétique prouvée, les gènes ne peuvent pas à eux seuls expliquer ces augmentations.

« Il n’y a pas que l’hérédité, et ce n’est pas le temps que vous passez à l’extérieur, ni tout votre travail en vision de près qui font que vous soyez myope ou pas « , dit Susan Vitale, une épidémiologiste au National Eye Institute du National Institutes of Health. « Toutes ces conditions interagissent ensembles d’une façon complexe que nous ne comprenons toujours pas. »

Une activité en vision rapprochée, lire ou travailler à l’écran, a longtemps été considérée responsable de la myopie.

En revanche, des études récentes démontrent que le fait qu’un enfant aille jouer à l’extérieur en plein air et à la lumière du jour pourrait également jouer un rôle important.

Une étude en 2008 citée dans le Journal of Ophthalmology démontre qu’un enfant de 12 ans qui passe à l’extérieur plus de 2.8 heures en moyenne par jour est moins sujet au développement de la myopie que ceux qui en passent moins indépendamment du nombre d’heures consacrées en vision rapprochée.

D’une part on admet que les yeux ont probablement besoin d’une exposition modérée à la lumière du jour, et de l’autre, ce serait

le temps que les yeux passent en vision lointaine à l’extérieur d’une habitation.

De nombreuses nouvelles techniques de traitements ont été développées avec l’espoir de ralentir la progression de la myopie. Il y a des verres de lunettes et lentilles de contact spécifiques, de nouveaux types de verres bifocaux, un traitement pharmaceutique spécifique et des lentilles de contact qui se portent la nuit pour modifier la courbure cornéenne.

Cependant, même avec ces technologies prometteuses, il n’y a aucune façon de se  prévenir de la myopie  ou même un médicament pour inverser l’évolution. Finalement, les scientifiques espèrent qu’en comprenant mieux l’interaction de la génétique, les facteurs de l’environnement et le fonctionnement de l’œil, ils puissent arriver à réduire les effets négatifs de la myopie sur la vue tout au long d’une vie. La myopie se développe habituellement pendant l’enfance ou au début de l’adolescence, souvent entre les âges de 8 et 10 ans, bien que ses effets pour certains puissent seulement se faire sentir qu’au début de l’âge adulte. Pour d’autres, la condition s’empire progressivement avec les années. Et dans le cas d’une myopie extrême, les changements structurels de l’œil combinés à la forte myopie peuvent mener à la cataracte, au glaucome ou à la perte de la vision.

La myopie fait que les images sont focalisées devant la rétine plutôt que dessus. Les verres de lunettes traditionnels et les lentilles de contact corrigent ce défaut. Malheureusement les verres optiques et lentilles de contact n’ont à ce jour pas eu beaucoup de succès pour freiner l’élongation de l’œil et prévenir la progression de la myopie.

Une réponse possible pour ce peu de succès tient du fait que les verres correcteurs traditionnels corrigent la netteté d’image uniquement au centre de la rétine et insuffisamment  ou mal dans la périphérie. Il est très probable que des signaux provenant de la rétine périphérique  de l’œil soient responsables du processus d’élongation de l’œil qui provoque la myopie.

Les verres de lunettes et les lentilles de contact double-foyers, ont pu avec certains enfants freiner la progression de la myopie. Une étude récente  montre que des enfants qui portent des verres de lunettes à double-foyers, genre exécutifs, avaient une réduction de 58% de la progression de leur myopie, comparé à d’autres équipés avec des verres correcteurs à simple foyer. Même les verres double-foyers standards réussissent à freiner la progression de la myopie de 38%.  Les verres bifocaux sont particulièrement efficaces pour les enfants atteints d’un strabisme ou aussi d’un déficit de convergence. Des études ont montré que les lentilles de contact progressives sont plus efficaces que les verres de lunettes bifocaux. Cependant, il n’est pas clair si l’avantage des lentilles de contact progressives est dû à leur effet sur la périphérie ou sur la vision centrale, ou les deux.

L’orthokératologie et un autre moyen de traiter la myopie.  On utilise des lentilles de contact en matériau rigide perméable à l’oxygène qui, portées la nuit, modifient la cambrure de la cornée. Les lentilles de contacts sont retirées pour la journée. L’effet élimine la myopie pendant le jour. Les études ont montré que le remodelage cornéen freinait le taux de progression de la myopie d’environ de moitié.

Bien que le nombre  d’études sur les effets de l’orthokératologie ne soient pas encore suffisantes, elles démontrent toutefois des effets très positifs, selon Christine Wildsoet, une experte en myopie à UC Berkeley.

Il n’y a pas de médicament valable pour le traitement de la myopie. Cependant, l’atropine administrée en gouttes, a la capacité de freiner la progression de la myope. Ce traitement implique des effets secondaires non désirables, entre autres la dilatation de la pupille et le manque d’accommodation. L’œil subit aussi un risque élevé d’exposition à une forte lumière. Les chercheurs ne savent pas encore quels seront les effets sur le long terme de l’atropine; certaines études suggèrent que la myopie pourrait augmenter brusquement après l’arrêt du traitement.

Des études cliniques conduites avec une substance chimiquement semblable, la pirenzepine, sembleraient offrir des avantages semblables avec moins d’effets secondaires, nous informe Brien Holden, professeur d’optométrie à l’Université de New South Wales, Australie. Il est aussi le directeur général du Brien Holden Vision Institut qui collabore avec plusieurs sociétés de recherche et développement en lentilles pour le contrôle de la myopie.

Holden ajoute que les futures thérapies pour la myopie impliqueront probablement une combinaison de stratégies. Il pense qu’elle pourrait être la combinaison du « sortez et allez jouer », une dose très faible de gouttes oculaires pour freiner le progrès de myopie, combiné avec l’utilisation de verres de lunettes ou lentilles de contact anti myopie. C’est probablement le multipack qui donnera finalement l’effet désiré.

Entre-temps, la plupart des experts sont d’accords avec la solution low-tech : qu’ils aillent jouer dehors !