La partie « objective » de l’œil est formée par:

  1. Cornée (protection, puissance réfractive élevée)

  2. Pupille (règle l’incidence de la lumière)

  3. Cristallin (règle l’accommodation pour près)

Le segment antérieur de l’œil ou la partie objective de l’œil veille à ce que les rayons lumineux soient projetés sur la rétine de façon optimale.

Si un rayon lumineux pénètre dans l’œil, il passe en premier le film lacrymal, la cornée transparente et la chambre antérieure (1) remplie d’humeur aqueuse. Le rayon lumineux est ainsi réfracté une première fois, pour passer ensuite par la pupille. Derrière celle-ci se trouve le cristallin, celui-ci réfractant le rayon une deuxième fois, pour le diriger ensuite sur la rétine. Alors que la chambre antérieure représente un système optique fixe, le cristallin est, de son côté, un système modifiable servant à la vision de près grâce au muscle ciliaire (autofocus). Le degré d’ouverture de la pupille, laquelle régule l’admission de la lumière, a une légère influence sur la conduite optimale des rayons jusqu’au point de la meilleure vision.
Il devient alors clair que la cornée, en tant que premier élément du système, a une grande influence sur la vision. Si elle est trop courbe (voir: Astigmatisme) le cristallin ne pourra plus faire suivre le rayon lumineux de manière optimale.

La transparence et la flexibilité du cristallin sont également importantes, ce dernier réglant avec précision la distance focale justement au moyen de très légères modifications de la courbure. Avec l’âge, la flexibilité se perd (voir: Presbytie). Si le cristallin se trouble, cela peut occasionner des perturbations de la vue. Sous une forme plus prononcée apparaît alors la cataracte.