Deux types de cellules visuelles pourvoient sur la rétine à la transformation des ondes lumineuses en stimulations sensorielles. Les cellules contiennent à cet effet des pigments de couleur photosensibles qui se désagrègent au moment d’un contact avec un rayon lumineux et qui produisent ainsi une tension bioélectrique laquelle à son tour peut être transmise comme impulsion nerveuse.

Les cônes sont avant tout engagés pour la vision diurne. Ils existent en trois versions qui réagissent à trois sortes de rayons lumineux, soit aux ondes courtes, moyennes et longues. Ces récepteurs sont par conséquent également désignés comme cônes sensibles au bleu, au vert ou encore au rouge. Les bâtonnets ne réagissent, à la différence des cônes, qu’aux différences de clair/sombre et sont surtout significatifs pour la vision nocturne.

  1. Macula, plus grande concentration de cônes sur environ 5mm2

  2. Bâtonnets pour la vision claire/sombre, plus grande concentration sur un anneau localisé autour de la macula