Œil hypermétrope: L’hypermétropie est occasionnée la plupart du temps par un œil anatomiquement trop court. Il arrive plus rarement que l’indice de réfraction de l’œil soit trop faible, en comparaison de la longueur (correcte) de celui-ci.L’œil hypermétrope doit aussi s’adapter à l’aide de l’accommodation du cristallin lorsqu’il veut voir à l’infini. Sans accommodation, une image d’un point situé à l’infini serait reproduit sur la rétine de façon floue. L’image serait focalisée derrière la rétine. 

Dans la plupart des cas, l’hypermétropie est innée et peut jusqu’à un certain niveau s’hériter. Une attention particulière doit lui être accordée lors d’examens optiques parce qu’elle n’est souvent pas remarquée au cours de la jeunesse. Un comportement compensatoire fort au cours de l’enfance peut mener à des problèmes ultérieurs.Durant la jeunesse, une légère hypermétropie peut souvent être parfaitement compensée, certes par un effort visuel renforcé. Celui-ci se déroule toutefois, comme tous les processus physiologiques de la vision, sans être remarqué et quasi de manière incontrôlée. En cas d’emmétropie plus prononcée ou d’un âge un peu plus avancé, cet effort exigera son tribut: ce seront la plupart des cas de fatigue précoce, douleurs oculaires, maux de tête, ou encore douleurs dorsales ou de la nuque.

Correction hypermétropique: A l’aide d’une lentille positive (sous forme de verre de lunettes ou de lentille de contact), le rayon peut être dirigé devant l’œil de manière à reproduire l’image de l’objet observé très précisément sur la rétine