La plupart des troubles du sens des couleurs sont innés et sont héréditaires en fonction du sexe. Les hommes sont nettement plus touchés que les femmes (voir tableau ci-dessous). La faiblesse au vert est la plus fréquente (50% des cas), suivie de la cécité au vert (25%),cécité au rouge (15%) et faiblesse au rouge (10%). Les troubles dans le domaine du bleu sont très rares, tout comme une cécité totale aux couleurs.

Faiblesse de la vision des couleurs (trichromasie anormale/vision des trois couleurs perturbée)

faiblesse rouge faiblesse verte faiblesse bleue
Hommes env. 1 % env. 5 % très rare
Femmes < 0,1 % <0.3 % jamais observée

Cécité partielle aux couleurs (dichromasie/vision bicolore)

cécité au rouge cécité au vert cécité au bleu
Hommes env. 1 % ca. 2 % très rare
Femmes très rare très rare très rare

Cécité totale aux couleurs (monochromasie/vision d’une couleur)

Hommes env. 0,02 %
Femmes très rare

En plus des troubles des couleurs innées, existent également ceux qui sont acquis. Ces derniers se font remarquer par des perceptions modifiées des couleurs. Contrairement aux troubles innées, ils peuvent aussi n’apparaître que sur un seul œil. Ceci peut survenir lors de certaines maladies de la rétine ou du nerf optique. Certains empoisonnements et médicaments peuvent également causer une modification de la vision des couleurs.